28/11/2009

Les Antilles du Nord

Le Danemark semble enfin rattraper leur retard (en matière de synthpop, j'entends) sur leurs voisins norvégiens et suédois, et ceci grâce à Antilles. Je vous rassure, il n'est pas question ici des anciennes possessions danoises aux Antilles, mais de nouveaux venus (pas si nouveau que ça en fait) sur la scène synthpop, déjà largement représentée en Suède et dans une moindre mesure en Norvège. Tout commence au début des années 2000, lorsque David Witkowski réalise une reprise de "Jerusalem" d'Alphaville. Voulant continuer dans cette voie, il écrit pendant un an plein de textes et cherche alors une personne qui pourra les interpréter. Et c'est à ce moment qu'il rencontre Anne Christine (qui vient d'un monde musical totalement différent (folk/jazz) puisqu'elle fit ses études à la Victorian College of the Arts de Melbourne). De là commence une belle histoire artistique : "A Different Place", un morceau instrumental à l'origine, permet à Anne Christine de montrer ses qualités et devenir un élément incontournable de Antilles. Suivent ensuite en 2006 l'enregistrement de "You & Me" et de "Something New".

01. Longing For The Spring
02. Nostalgia
03. You & Me
04. Another Day
05. A Different Place
06. Friendly Fire
07. Something New
08. Astronaut Dance
09. Friendly Fire [Version Acoustique]
10. Anywhere But Here

Penchons-nous à présent sur l'album, Something New, apparu en décembre 2008.

La piste d'ouverture, "Longing For The Spring" est un morceau rythmé avec un bonne basse, pleine de joie et d'oisiveté qui montre d'emblée les intentions de Antilles : remettre la synthpop au goût du jour et non plus la cantonner aux années 80. Les passages aux synthés sont particulièrement réussis et la voix d'Anne Christine sert bien le morceau. "Nostalgia" possède quant à lui un tempo beaucoup plus lent : dès l'intro, on pense à une contine. Cette chanson a un côté quelque peu naïf voire peut-être ennuyeuse et comme l'indique le titre, est remplie de nostalgie, provoquée par la contemplation du passé (photo, souvenirs, ...). Cela en deviendrait presque touchant. La troisième piste, "You & Me", est l'un des moments forts de l'album. Ce morceau se présente comme un sursaut de l'italo-disco avec notamment avec cette basse synthétique et ses synthés à gogo. La partie instrumentale de ce morceau est un régal avec ce son tourbillonnant mêlé à ces pics aigus.

Les 2 titres suivants ont des tempos lents : "Another Day" est une chanson calme, reposante, contrastant avec la précédente. L'intérêt de cette chanson réside surtout dans la mise en avant de la voix d'Anne Christine qui laisse une impression rêveuse, ce qui n'est pas le cas de "A Different Place". Au contraire, celui est très aérien et mélodique où la voix d'Anne Christine délivre une interprétation remplie d'émotions qui colle parfaitement au thème de la chanson. J'ai aussi l'impression d'entendre parfois des flûtes andines même si la plupart du temps, ce ne sont pas de vrais instruments. Au départ, on eût pu croire que "Friendly Fire", la piste suivante, était une autre "ballade" : ce n'est pas le cas. Il s'agit d'un mid-tempo au synthétiseur agréable avec une (toute) petite ligne de basse intempestive et ce qui donnent un peu de relief à cette chanson.

Intitulée initialement Serenade, "Something New" est une autre chanson entraînante (mélange de synthpop avec un peu d'italo-disco) comme "Longing For The Spring" ou "You & Me" mais qui a un côté léger, aérien (notamment grâce à ce rythme en arrière fond) et même festif que ses consoeurs n'ont pas réellement.

"Astronaut Dance" est une ode space-disco instrumentale que l'on rencontre chez Skatebård ou J-M Jarre. Maintenant que l'on a été habitué à la voix d'Anne Christine, on a l'impression qu'elle manque sur ce morceau. On a droit ensuite à une version acoustique de "Friendly Fire" sans aucun instrument électronique mais juste un piano et des violons : cette version montre que Antilles peut très bien se passer de synthés (mais pas trop longtemps). Vient ensuite le dernier titre de l'album, "Anywhere But Here", une autre ballade mais cette fois épuré au niveau instrumental presque dégraissé de toute lourdeur, se laissant ainsi écouter facilement .

Opposant un savant mélange entre des titres italo-disco / synthpop aux sonorités modernes à d'autres que l'on pourrait presque qualifier de ballade (du synthpop auquel on a ajouté des éléments acoustiques), Antilles nous offre un premier album saisissant, exploitant au mieux la voix d'Anne Christine. Le duo a défini leur propre style à travers chaque chanson qui est unique. L'album, loin d'être un simple recueil de déjà-vu et monotone, montre un duo sans artifice.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire