07/11/2009

Katsen | It Herz!


Surprenant. C'est comme cela que l'on pourrait qualifier le nouvel (et premier) album de Katsen, intitulé It Hertz!. Katsen, duo britannique originaire de Brighton, est composé de Christopher Blackburn et Donna Grimaldi. Avec Katsen, c'est un peu comme si les synthétiseurs analogiques avaient pu vivre pendant les années 50. Comme son nom l'indique, Katsen aime les chats : c'est ce que l'on voit d'ailleurs sur la pochette.

01. Let's Build A City

02. Cherequed Flag

03. Cactus

04. I'm A Doctor

05. Island In An Island

06. What You Want

07. Drax

08. German Film Star

09. It Hertz!

10. Constellation

11. Where Nobody Can Found Us

12. Florian

Horreur! En regardant ce collage fait maison de têtes de chat et de ce qui semble être un Casiotone (que j'aime bien d'ailleurs), vous pensez que l'album n'en vaut pas la peine : cela serait une grave erreur.

D'emblée, la piste d'ouverture, "Let's Build A City" (que l'on peut voir comme une dystopie), donne le tempo : avec ses nappes au Casiotone et bips en tout genre (son de batterie "croustillant", spot, ....) un peu sombres, Katsen s’inspire de l'âge d'or du synthpop, à savoir le début des années 80 : cela se remarque nettement dans le refrain avec ce clavier dominant. En plus, les voix de Donna et de Christopher se marient très bien. Les sons Nintendo s'invitent dans "Cherequed Flag" : on a quasiment droit à un son que délivrerait un robot. Mais là, le morceau ne fait plus penser à du Crystal Castles qu'aux prémices du synthpop. Ce morceau est quand même dynamique avec le refrain entraînant que nous offre Chris, il me fait penser parfois à une libre adaptation de la Marche Impériale (soit).

"Cactus" est une cover des Pixies : un peu moins réussie que l'originale, elle est quand même tout de suite reconnaissable, même si elle est plus électronique. Leur interprétation se veut plus émotive mais il manque quand même quelque chose que rendait l'original sûrement avec la guitare (et oui, c'est comme ça lorsque l'on fait des reprises, on est obligé de comparer). Katsen s'inspire des années 60 avec "I'm A Doctor" (avec notamment la ligne de basse) : il a une fibre rock que les autres morceaux n'ont pas. Dans ce titre, il est question d'un docteur qui doit soigner une ville : peut-être est-ce une référence à Doctor Who tant par le thème et que par ces emprunts aux années 60? "I'm A Doctor" est quand même répétitif et reste facilement dans la tête. On continue dans cette répétition qui est assumée dans "Island In An Island". En effet, ce morceau est comme les matriochkas russes (oui les poupées) : on a l'impression que les paroles tournent en boucle.

There’s an island in an island in an island, with a camera taking photos of photographs

Cela deviendrait presque hypnotisant si la mélodie ne devenait pas oppressante. L'accent que prend en plus Donna (qui ne chante pas vraiment ici) le rend très sixties. L'intro de "What You Want" reprend clairement un jeu Atari des années 80. Mais là, face aux autres morceaux, cela ne prend plus car on a une impression de déjà-entendu (avec "Cherequed Flag") mais la partie sans cet emprunt est intéressant car il montre que Katsen peut faire des sons autres que old school. Mais le seul intérêt de ce morceau s'arrête bien là.

Alors que la première partie présentait le côté indie de Katsen, la seconde partie du disque est plus accessible. Ainsi, "Drax", est en grande piste instrumentale. Katsen insiste moins sur ces effets vintage ce qui rend le début fort agréable mais qui est gâché ensuite par les 2 voix qui ne vont pas ensemble pour le coup. Vient ensuite une autre cover (déjà reprise par Kish Mauve entre autres), (I'm In Love With) "German Film Star" des Passions. Et Katsen s'en sort plutôt bien, même très bien. Même si cette reprise est fidèle à la version originale, Donna et Christopher apportent en plus une touche aérienne au titre grâce à la voix de Donna qui se veut reposante. Mais ce titre est vite éclipsé par le suivant, à savoir "It Hertz!". Ce morceau est un instrumental qui sonne faux tout le le long mais qui est en même temps bien construit : on y retrouve même une guitare. Il est en fait plutôt à voir une interlude qui annonce les 3 suivants. Et oui, car Katsen nous a gardé le meilleur pour la fin.

"Constellation" est une de ces chansons qui auraient très bien pu être produite au début des années 80 : elle est entraînante à sa manière ce qui en même temps fait d'elle une chanson représentative de l'album par son thème (voyage). Les 2 dernières sont celles qui font le plus d'effets et montrent peut-être le futur chemin qu'empruntera peut-être Katsen. "Where Nobody Can Find Us" est une chanson plutôt pop alternatif où Donna y décrit une ville imaginaire : une fois que cette chanson est entrée dans la tête, elle ne peut plus en sortir ; elle a de plus un fort potentiel d'être un hit (c'est-à-dire 2 à 3 semaines dans le top 100). Je ne résiste pas à l'envie de vous montrer le clip :

















Puis vient le dernier titre, "Florian" : autant vous le dire de suite, c'est la meilleure chanson que Katsen nous a offerte depuis le début. "Florian" commence avec une petite ligne de basse qui hypnotise d'emblée l'auditeur : c'est bel et bien une ballade, menée par le son doux au synthétiseur analogique. La voix mélancolique de Donna rend le tout très aérien et chargé d'émotion surtout dans la seconde partie de la chanson. On ne peut pas être insensible devant la beauté de cette chanson.

It Hertz! n'est pas parfait mais assurément un des meilleurs album électro-indie / alternatif de l'année : Donna et Christopher n'ont pas de voix puissantes, ont des textes parfois simples mais ont des arrangements intéressants, donnant parfois la définition de l'esthétisme du duo. Comparé aux autres formations musicales s'inspirant des années 80 qui dominent en ce moment le marché, Katsen a au moins le mérite s'être approprié ce son. Il a en outre réussi quand même à allier un son rétro à un autre plus futuriste (fonctionnant la plupart du temps). Cet album est donc un (très) bon début pour ce duo où l'on voit qu'il se fait plaisir. Il va sans doute se faire une place dans la scène alternative.

Katsen est trop timide pour faire des lives (c'est eux qu'ils le disent). C'est pourquoi, pour le lancement de leur album, Donna et Chris ont réalisé plusieurs performances de certains titres de leur album, que vous pouvez voir sur leur chaîne youtube.

Je ne résiste pas à l'envie poster le live de "Florian" :




Katsen : Myspace

Aucun commentaire:

Publier un commentaire