04/04/2010

Nabiha : l'interview

Début février, la danoise Nabiha sortait son excellent album "Cracks", dont vous avez pu lire la critique ici.

Grâce à nos amis de Hall Musique, nous avons pu l'interviewer pour en savoir plus sur cette charmante chanteuse qui est promise à un très bel avenir dans le monde de la musique.

Bonjour Nabiha. Pour commencer, pourrais-tu te présenter brièvement, pour les visiteurs qui ne te connaitraient pas ?

Je m’appelle Nahiba et je suis une auteure/interprète. J’ai à la fois du sang Danois et Nord Ouest Africain (Gambi, Mali et Maroc) ; je suis née et j’ai été élevée à Copenhague. Mon premier album, « Cracks », a été commercialisé au Danemark au début du mois de Février et mon premier single, « Deep Sleep » est un up-tempo pop inspiré d’une berceuse africaine que ma mère avait l’habitude de chanter quand j’étais enfant. Mon second single « The Enemy », est sorti quelques semaines plutôt et le thème de cette chanson est l’amour (tomber secrètement amoureuse d’un ami).

Tu as déjà une certaine expérience du monde de la musique, puisqu’en 2004, tu apparaissais sous le nom de Tiger Lily. Pourquoi avoir choisi de reprendre ton vrai prénom par la suite ?

On s’est dit qu’on allait peut-être rencontrer des difficultés au niveau marketing, donc nous avons décidé qu’il était préférable d’utiliser mon propre nom. Quand la décision fut prise, c’était parfait. Au cours de ces dernières années, j’ai passé beaucoup de temps à expérimenter beaucoup de styles différents afin de trouver ce qui me correspondait le mieux. J’ai vraiment le sentiment que cet album est une combinaison de tout ce que j’aime et de qui je suis.

Ton album est sorti le 1er février dernier au Danemark. Quels sont tes plans pour cette année? Une sortie Européenne est-elle envisagée ?

Oui. Nous nous concentrons sur le marché international depuis le tout début, et nous sommes en train de négocier une éventuelle commercialisation dans d’autres pays donc je croise les doigts.

Deep Sleep" et "The Enemy" sont les deux premiers singles, peux-tu nous révéler quels seront les prochains extraits ? On peut voir un peu partout sur le net que le titre "You" plait au public ("Song of the day" du site Popjustice, notamment), sera-t-il exploité ?

Bien sûr et c’est bien d’avoir l’avis provenant d’autres personnes. « You » est définitivement sur la liste des suggestions, mais à l’heure actuelle, rien n’est sûr. Ce qui m’a réellement impressionnée est la manière dont PopJustice avait prédit notre choix au niveau des singles jusqu’à présent. Je suis contente de tout le soutien que nous avons de la part de sites comme les vôtres, PopJustice, Concrete Loop… J’espère que vous serez fiers de moi.

La grande majorité des titres de l’album ont été composés par Carl Ryden et toi : comment s’est passée votre rencontre ? D’après ce que l’on raconte, il aurait eu un vrai coup de cœur pour toi ?

Nous nous sommes rencontrés via notre manager Mette Buhl, donc Carl a été présent sur le projet du début jusqu’à la fin. De la création de la « vibe » et du son, jusqu’à la co-écriture et la production de tout le disque. J’ai l’impression qu’il est une part de ce que je suis. Je l’appelle mon jeune prodige.

La réalisation de l’album a-t-elle été longue ? Tu as aussi travaillé avec Nina Woodford et Cozi Costi pour la composition des titres, cela a dû prendre beaucoup de temps, non ?

L’album a été crée à Londres, donc j’ai fait de nombreux allers-retours mais, quand nous étions en studio, nous avions tendance à être productif et à travailler vite. Les trois auteurs sont très talentueux, professionnels, amusants mais c’était aussi facile de travailler avec eux. Pour moi, cette expérience a été très enrichissante.

Beaucoup de personnes semblent croire en toi : vos collaborateurs d’abord, puisqu’ils ont écrit pour des artistes connus et reconnus (James Morrison, Sophie Ellis Bextor, Leona Lewis, Jamiroquai), mais aussi de nombreux sites web (Popjustice, Concreteloop, Hall-Musique, E&P). N’as-tu pas peur de décevoir tous ses gens si le succès n'est finalement pas au rendez-vous?

Je vous mentirais si je vous disais le contraire mais j’essaie de ne pas trop y penser. J'ai certains buts et attentes précis en ce qui concerne mes disques et mes performances, et ce sont ces buts là que je cherche à atteindre.. Vous ne pouvez jamais satisfaire tout le monde, donc être satisfait soi-même est déjà un bon départ.

D’où vient ton inspiration pour la musique et l’écriture ?

La plupart des gens qui m’entourent. Ma famille et mes amies, les conversations, les expériences.

Peux-tu nous parler de tes influences au niveau musical : quels sont les artistes qui t’inspirent, ou qui t’ont inspiré pour cet opus ?

J’ai toujours écouté beaucoup de musique différente et j’aime les fortes artistes féminines comme Madonna, Grace Jones, PJ Harvey, Erykah Badu… . Elles ont toutes une forte présence et une signature dans leurs musiques, je trouve ça très fascinant et captivant. Mais si je devais citer un artiste qui m’a inspiré durant la création de l’album, je répondrais Carl Ryden, celui qui a travaillé avec moi sur le disque. Il est une source constante d’inspiration et nous nous sommes tellement amusés pendant les sessions d’enregistrements.

Comment définirais-tu cet album ?

POP, c’est aussi simple que ça.

Si l’on examine d’un peu plus près cet opus, on peut remarquer que la famille semble être très importante pour toi ? On peut le voir dans le titre "Red Letter Days", ou encore "Deep Sleep" où tu chantes une comptine que ta maman te chantait en étant plus jeune, comme tu nous l'as dit précédemment.

Ma famille et mes amis comptent plus que n’importe qui d’autres en ce monde. Ils me connaissent, me soutiennent et m’inspirent depuis toujours. J’ai écrit « Red Letter Days », la première chanson de l’album, pour eux, pour leur montrer ma reconnaissance pour tout ce qu’ils ont fait, pour leur patience et la compréhension qu’ils m’ont toujours témoignées.

On peut aussi voir dans le livret de l’album ou en live, que tu es très énergique, ou même espiègle, es-tu vraiment comme cela dans la vie de tous les jours ?

Pleine d’entrain, oui… Espiègle, ha ha ha. Maintenant, je vis mon rêve et pour être franche, c’est assez dur de rester calme. C’est dur et ça va l’être encore plus mais j’aime chaque minute qui s’écoule.

Dans la chanson "Computer Love", tu évoques l’amour virtuel, qu’en penses-tu ?

Je n’ai jamais essayé par moi-même. Non, pour moi, c’est seulement des discussions, mais avec les chats, facebook, les webcams… tu peux parler et voir les personnes que tu aimes à travers le monde. Si ce n’est pas merveilleux, je ne sais pas ce que c’est. Nous savons ce que ça fait d’avoir le mal du pays, ou de manquer à quelqu’un. La technologie facilite les choses et je me suis inspiré de ça pour « Computer Love ».

Avec qui aimerais-tu collaborer, si tu en avais la possibilité ?

Gnarls Barkley, Santigold, Outkast, ils sont tous talentueux, merveilleux et fous. Ils fusionnent
différents genres et sonorités, et ils n’ont pas peur de ne pas être conventionnels.

Tu viens de commencer une tournée au Danemark (avec Alphabeat notamment), quels sont les titres que tu préfères chanter en live ?

Toutes ! Surtout « Sneaking out the Backdoor », « Boomerang » et « You » qui prennent réellement vie en live. Bien entendu, je chante les singles. Entendre le public chanter en même temps que toi, surtout lors du middle 8 de « Deep Sleep », où tout est chanté en Africain me procure une joie immense. Le public connaît la mélodie et ensuite, ils se contentent de chanter leurs propres mots africains car ils veulent chanter et s’amuser. J’aime ça car c’est justement ça, l'objectif.


Pour conclure, voici quelques petites questions instantanées .

Quel est le dernier disque que tu as acheté ?

J’ai acheté « Kaleidoscope », l’album du groupe suédois Siena Root. J’ai vu un bon concert d’eux et j’ai acheté l’album juste après…

Si on regardait ton lecteur mp3, qu’est-ce qu’on y trouverait, en ce moment ?

Grace Jones, P.J Harvey, Nina Simone, Gnarls Barkley, Lady Gaga, Madonna, Sia, Eagles of death Metal, Outcast, Santogold, Erykah Badu, Morcheeba, Björk, Kate Bush, Air, Massive Attack, Missy Elliot, Robyn, Deadmau5, Depeche Mode et plusieurs chansons sur lesquelles je travaille.

Merci à toi Nabiha, ainsi qu'à Trine, ton manager, pour cette interview.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire