14/09/2010

Les indispensables d'E&P #2 : spécial rentrée

C'est la rentrée pour certains, d'autres (oui, toi) sont toujours en vacances. C'est pourquoi, pour vous faire passer ce cap difficile, nous vous proposons 6 (comme nous aurions pu dire 9) albums que l'on doit au moins avoir écouté d'ici les prochaines vacances :


Avec leur quatrième album Blacklight, le duo américain Iris frappe un grand coup (comme on l'a déjà un peu constaté avec leur premier single, "Closer To Real"): contrairement à leurs précédents albums, les 9 titres de cet opus adoptent das ambiances résolument sombres et beaucoup plus assurés au niveau de la production. Mais il est pour autant assez diversifié : bien que le fil conducteur soit le timbre si particulier (mais dans le bon sens) de Reagan, les titres explorent chacun à leur manière différentes facettes de la synthpop avec quelques incursions dans la techno comme sur "Panic Rev" ou une approche plus générique avec "Disintegrate". On contemple, on admire la progression des mélodies fluides à la rythmique paradoxalement froides notamment. Iris a donc sans problème rempli son contrat!


Illumination, le premier album de Miami Horror (sorti le 20 août) est certainement l'un des albums les plus attendus de cette année : s'enorgueillissant de pouvoir user abandonnant de références allant de la synthpop version années 80 aux plus récents Daft Punk par exemple, on se surprend à errer à travers des ambiances parfois cosmiques dont le son disco-house est assez coutumier. Cependant, cet album léger et estival est (malheureusement?) à consommer rapidement car même s'il est parfait pour certaines parties de soirées, il n'y a rien de mémorable qui puisse nous maintenir et retenir en extase quelques temps. Ce n'est pas pour autant que l'album ne contient pas de tubes : les 3 singles (surtout "I Look To You") et "Holidays" font amplement l'affaire!


Après l'opéra électronique réalisé par The Knife, un autre duo suédois, Pacific! prépare quant lui un album électronique qui puisse accompagner un ballet. Pour ce faire, le duo utilise intelligemment des mélodies éthérées portées par des belles boucles synthétiques si bien que si l'on ne fait pas attention, on s'évade alors à travers les Métamorphoses d'Ovide. Fondamentalement, l'un des points forts de Narcissus est d'arrive à mettre côte à côte des morceaux à la fibre dark disco / synthpop avec des titres baeucoup plus expérimentaux. En fin de compte, Daniel et Björn ont subtilement dressé des tableaux où un drame au sens grec du terme peut être librement joué dans la plus grande illusion.


On ne présente plus le duo originaire de Brooklyn, The Hundred In The Hands. Eleanore et Jason présenteront leur premier album éponyme le 20 septembre dans nos contrées et nous avons déjà un avant-goût avec "Pigeons", sans doute un hommage à ce singulier volatil. D'ailleurs, la liste des producteurs est tout aussi alléchant avec Richard X (qui a produit ce single), Jacques Renault et Chris Zane, pour ne citer qu'eux. Et comme prévu, l'album est un beau mélange entre la folie du disco underground et l'extase du post punk. Par exemple, il contient de pures merveilles comme "Commotion", "Young Aren't Young" ou encore "Lovesick (Once Again)" qui sont tous addictifs à leur manière. Certainement l'un des meilleurs et des plus captivants de l'année!


Deux ans après leur découverte, Hurts nous propose enfin leur premier album tant attendu, Happiness. Même s’ils ne comprennent pas la comparaison, le duo doit bien se rendre à l’évidence qu’il y a quelques points communs avec les Pet Shop Boys. L’album se révèle être excellent, sans réelle fausse note ! On y retrouve évidemment les singles Wonderful Life et Better Than Love. Pour vraiment bien apprécier cet album, n’écoutez pas tout d’une traite, mais écoutez quelques titres au choix pour mieux entendre les subtilités de chaque. Quelques titres forts de l’album (on pourrait les citer tous en fait) : Silver Lining (dont la démo était un rien plus « percutante »), Stay, Evelyn et le sublime duo (ou plutôt featuring) avec Kylie Minogue, Devotion.



Après nous avoir laissé tout l'été avec le premier opus, Robyn nousoffre le second volet de sa trilogie Body Talk, avec comme premier single, la version radio de Dancing... Non, Hang With Me, pardon! Un titre fort de Body Talk Pt.1.Alors, soyons clairs, ce deuxième volet est plus direct et donc encore meilleur que le premier. Les quatre premières pistes sont vraiment excellentes, surtout In My Eyes et Include Me Out. Viennent ensuite deux pistes plus expérimentales, We Dance To The Beat et Criminal Intent. Elles ont toujours un peu de mal à passer pour le moment. U Should Know Better, duo avec Snoop Dog est une piste réussie. Enfin Body Talk Pt.2 se termine avec une magnifique ballade (qui fera certainement l'objet du futur single pour Body Talk Pt.3), Indestructible, piste violon/voix. Robyn reste incontestablement une des valeurs sûres pour le monde de la pop.


A côté de ces 6 albums, on aurait pu afficher aussi notre amour pour l'album éponyme des Amplifetes ou encore, ceux de Cours Lapin et de Röyksopp mais le destin en a voulu autrement...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire