04/04/2011

Niva | Feverish Dreams

Le soleil est de retour et on peut enfin se prélasser comme bon nous semble et surtout de pouvoir rêv(ass)er en toute quiétude sur l'herbe. Cela tombe bien, il parait qu'un suédois, Niva (de son vrai nom Christian Niva), vient de sortir un EP de 6 titres exprès pour ça. Il s'appelle d'ailleurs Feverish Dreams.

Feverish Dreams s'ouvre sur "Transforma" qui ne donne pas immédiatement l'étendu de ce que procure cet EP mais juste un aperçu : c'est relaxant, parsemé des pulsations mélodiques lo-fi mais ce que l'on retient surtout est que tout s'accorde parfaitement. Un peu trop peut-être pour croire que c'est réel. C'est un peu la même chose sur "Ghost In My Head" sauf qu'ici, la voix détachée et presque morne résonne dans tout l’espace qu'on lui offre. On peut dire que cela reste banal ou déjà vu dans la forme mais cela reste mélodieux et agréable. A partir de là, Feverish Dreams mue pour dévoiler de véritables bruissements électroniques et synthétiques. Sur "Lost Patience", on bouge sur un frémissement, mais on bouge parce que cela détend. Il faut dire aussi que l'on ne bouge pas normalement si facilement sur un thème triste quand même mais c'est comme une libération. La voix limite brumeuse est là pour nous le rappeler.

Niva - Lost Patience


Jusqu'à présent, c'était relaxant, reposant, juste ce qu'il faut pour lâcher prise. Maintenant : on va lentement se réveiller mais on va rêver sous un autre forme. On se dit que les voix d'enfants au début de "Boy From The Sun" vont rendre ce morceau à forte connotation pop inintéressant (niveau thème du moins) mais pas du tout. On a juste l'impression de flotter sur ce délicieux morceau, faisant oublier tout état de stress qui peut nous caractériser (pour but pédagogique, la vidéo de "Boy From The Sun" utilise une technique en vogue en ce moment). "Dizzyeyes" est un peu à part car son apparente agressivité est là pour nous sortir de l'éventuelle douce torpeur dans laquelle nous étions plongés. Cependant ici, ce bourdonnement électrique en arrière fond n'était pas vraiment nécessaire et passe parfois mal avec la longue nappe synthétique plutôt élégante. Niva se lâche un peu sur "Drowning In The Mud" puisqu'il utilise des sons comme un léger 8-bit qui ne sont pas connus pour passer un moment calme. Et pourtant, cela marche sur ce titre, conduit par les soubresauts de la voix vaporeuse de Niva. La fin tranche complètement avec le reste de l'EP et marque pour ainsi dire la fin d'un agréable instant.



Niva montre ainsi son penchant pour des ambiances éthérées et quasiment insaisissables. Vu le titre, il arrive à son objectif : nous faire partager un agréable moment devant des titres qui n'en font jamais trop, loin des rythmes tapageurs. Qui plus est sans nous ennuyer : on en redemande!

Pour la route, voici ce qui arrive lorsque Visions Of Trees s'accapare un morceau de Niva :

Niva - Ghosts In Mu Head (Visions Of Trees Play Dead Remix)


Vous pouvez bien sûr vous procurer Feverish Dreams ici et même l'écouter en entier sur la page bandcamp de l'artiste. Nous avons hâtes d'écouter un hypothétique album.

Niva : Bandcamp

Aucun commentaire:

Publier un commentaire