05/12/2011

Tony Cops et l'italo-effervescence

Ce semblant de buste vous est peut-être étranger mais la musique de Tony Cops l'est un peu moins, surtout si vous avez écouté la dernière compilation de Visage Musique. Il n'est donc pas surprenant que cet artiste soit basé à Montréal.

Tony Cops est le nouveau venu du label mais il a déjà fait ses armes auparavant. C'est vrai, c'est un exercice périlleux de ne choisir qu'un titre pour essayer de représenter l'ensemble, c'est pourquoi on en a d'abord choisi trois, certainement plus dans un avenir proche.

Ses premiers titres apparaissent il y a un lustre et sont réunis sur un EP : Electric Car (en écoute intégrale ici) est rempli d'enveloppes synthétiques aussi bien rêveuses que parfois inquiétantes et de quelques voix vocodées. C'est en quelque sorte une réminiscence de la vision futuriste qui prédominait aupavaravant. Que les fans se rassurent, ce genre ne semble pas prêt d'être saturé.
Les titres comme "Last Man On Earth" (partie 1 et 2) arrivent à imprégner la solitude étrange et sinistre de ce qui pourrait succéder à l'apocalypse mais transposée dans un monde rétro-futuriste.

Tony Cops - Last Man On Earth Pt 1


Plus tard, Tony Cops étoffe sa panoplie d'appareils et appuie par la même occasion le côté italo de ses compostions sur son second EP, Modulo. C'est dans ce contexte qu'émerge, entre autres, "Space Cabin M", dont le titre n'usurpe pas son nom : lorgnant sur le firmament du disco, "Space Cabin M" aide à se propulser dans l'espace environnant.

Tony Cops - Space Cabin M


Sur la compilation justement, Tony Cops a envoyé deux titres, "Eventide" et "Corvere" : ils ont quelque peu changé par rapport aux précédents mais ils sont tout aussi sympathiques et énergisants à écouter.

Tony Cops -Eventide


Deux titres, "Modulo" et "Park Complex", sont offerts pat Tony Cops : il serait dommage de ne pas en profiter!

Tony Cops : Facebook

Aucun commentaire:

Publier un commentaire