01/03/2015

A Terrible Splendour en 3 titres

Les premiers titres de la part de A Terrible Splendour sur format physique se concentraient sur une unique cassette. Même si elle était constituée en grande partie de versions démos, elle avait le mérite de dresser les ambitions de MM Lyle et Martin Block : étendre l'emprise des intrigues mêlant charme et cruauté dans leurs compostions ce que l'on retrouve grandement sur Poseurs, le premier véritable album développé par le duo. Loin d'être anodin, ce terme aux multiples sens cadre exactement l'univers musical et visuel dont se sont emparés les deux Britanniques.

À la première écoute, cet attrait n'est pas forcément celui qui se fait le plus remarquer. L'auditeur se retrouve immédiatement polarisé par la musique en premier lieu avec "Forces Darling". On ne retrouve pas de formule new wave prédéfinie mais une fusion de synthés analogiques et plus modernes conférant au titre d'ouverture un son accrocheur qui en annonce d'autres.

A Terrible Splendour - Forces Darling


Si les thèmes traversant cet opus restent parfois opaques, ils le deviennent beaucoup moins en lisant simplement les titres : on retrouve assurément les familiers du genre tel un parfum de guerre froide et de complot dans "The Russians" et "Victimless Crime". Plus loin, des synthétiseurs et boîtes à rythme font revivre l'ambiance cabaret, mettant en scène des personnages en représentation permanente ("Casting Couch") et les paroles, comme mises en relief par MM Lyle et notamment par sa prononciation française dans "Garçon Dans Le Vent", donnent vie à des détails banals : de spectateur à prisonnier, on ne sait plus trop vers quelles obsessions pointe l'ambivalence de "China Doll".

A Terrible Splendour - China Doll


L'abandon de la cassette (aujourd'hui indisponible) au profit du vinyle et surtout du CD n'altère en rien l'authenticité de la musique du duo sans pour autant retomber dans les clichés du genre puisque c'est de ça qu'il s'agit : une impression de romantisme synthétique sans fioritures additionne les témoignages d'un passé ayant inspiré le duo comme elle superpose les ambiances sombres et entraînantes. À ce titre, les effets de ralenti et de mouvements linéaires susceptibles d'être rencontrés sur la piste de danse lors d'un "Slaves To The City" découlent de cet état d'instants figés successifs pour mieux comprendre le temps passé.

A Terrible Splendour - Slaves To The City

Aucun commentaire:

Publier un commentaire