29/04/2013

Coup de cœur : Byrta

Byrta s'immisce en tant que nouveau venu sur la scène eletropop ; ses membres, en revanche, le sont beaucoup moins : elle, Guðrið Hansdóttir, chanteuse aux accents folk ; lui, Janus Rasmussen, connu pour sa participation dans le groupe islandais Bloodgroup. Des îles Féroé, ils tiennent leurs textes exclusivement en féringien. La collaboration entre la chanteuse et le producteur aboutira à un album dont deux titres "Loyndarmál" et "Eydnan" confortent l'idée qu'elle portera sur la rencontre d'élégantes fusions entre la pop scandinave et la musique électronique, les deux n'étant pas, par nature, si étrangers l'un de l'autre.

Premier titre, première sollicitation entêtante et premier coup de coeur. "Loyndarmál" abrite une production electropop fascinante en harmonie avec le timbre de voix. Les incantations électroniques s’étirent sur une mélodie irrégulière dont le sursaut perçu dans le refrain est la conclusion logique. Le fait que la langue soit impénétrable renforce l'emprise de la mélodie.

Byrta - Loyndarmál


À travers le second morceau "Eydnan", on décèle dans cette aventure musicale une empreinte hautement dansante. La pénombre s'engouffre, des lueurs persistent et voilà Byrta imposer un rythme fluctuant qu'il faut suivre par des basses omniprésentes. Même lors de leur apaisement, des moments d'éclat synthétisés surviennent en même temps que la voix prend de l'ampleur. On se laisse finalement amadouer lors de cette incursion à peine voilée vers la piste et c'est tant mieux.

Byrta - Eydnan

Aucun commentaire:

Publier un commentaire