25/06/2010

Music Go Music | Expressions


La propagande pour Music Go Music (que nous ne présentons plus) continue sur E&P. Car, après 3 singles ("Warm In The Shadows", "Just Me" et "Light Of Love") que nous adorons, il est temps de se pencher sur l'album, Expressions. Le titre n'est pas pris au hasard : chaque morceau de cet album raconte une histoire qui tourne autour de l'amour à laquelle on finit par y croire avec l'aide de Gala Bell.

01. I Walk Alone
02. Thousand Crazy Nights
03. Light Of Love
04. Reach Out
05. Explorers Of The Heart
06. Love, Violent Love
07. Just Me
08. Warm In The Shadows
09. Goodbye, Everybody


Avant-propos : les nostalgiques d'ABBA sont priés de se rendre en priorité aux pistes 3, 5 (éventuellement) et 7.
Dès la premier morceau, "I Walk Alone", on comprend l'enjeu : Music Go Music n'utilise pas seulement le son des années 60/ 70, ils se l'approprient et le façonnent à leur guise. Le (long) cri de Gala Bell en intro nous oblige à l'écouter : les paroles sont tellement intéressantes qu'il fallait bien une musique menée par des synthés analogiques au rythme pulsé et entraînant pour que l'on puisse ainsi les retenir dans le refrain. Le second titre, "Thousand Crazy Nights" peut s'enorgueillir de faire revivre sans effort les années 60 dans une chansons foncièrement pop grâce à la mise en avant du piano, des tambourins : justement, on remarque que le groupe a cette facilité déconcertante à produire de telles chansons sans qu'elle ne paraissent totalement dépassées. Cependant, "Thousand Crazy Nights" est malheureusement trop vite éclipsé par "Light Of Love" : cette dernière repose sur de bons sentiments car il semble tout droit sorti du concours de l'Eurovision de 1975. Entre les passages faisant ressortir la mélancolie de S.O.S voire même de The Winner Takes It All avec le piano et les onomatopées rappelant ceux de Waterloo, on aurait pu penser à une vulgaire reprise d'ABBA. Mais il n'en est rien car Music Go Music utilise cet héritage avec intelligence et classe en incorporant une touche électronique contemporaine, même si certains crieront toujours au plagiat. Il n'empêche, ce titre combat efficacement la dépression.

Music Go Music nous entraîne ensuite dans un voyage effréné avec "Reach Out". D'ailleurs, "Let my voice be your guide" montre bien que Gala Bell prend les choses en main. Elle permet de passer sans encombre les rugissements d'une guitare et un refrain au rythme frénétique dans lequel Gala s'enflamme, entrecoupé par un solo de guitare, des passages plus calmes et même une petite excursion funk / disco. Cette énergie permet d'imprégner et de comprendre les mots de Gala. Et c'est là que l'on remarque tout l'habilité du groupe a proposé un bon mélange sans que l'on s'y perde. Passer ce cap, vous pourrez vous reposer avec "Explorers Of The Heart", dans le même style que "Light Of Love" mais encore plus retro : on ne peut s'empêcher de penser que ce titre est extrait d'un album sorti en 1975. C'est bien là qu'est le problème : contrairement aux autres titres, "Explorers Of The Heart" sonne terriblement daté, car on a l'impression que Music Go Music en fait trop. On essaie de se rassurer tant bien que mal avec "Love, Violent Love" : on aurait pu croire à entrer dans une autre dimension avec ce son mystérieux mais il s'agit en fait d'un titre rythmé mais en deux temps. Il en résulte un titre composé de parties que l'on a collé, dont l'une s'apparentant à une traque : cela . On retiendra aussi la qualité de l'écriture

"Just Me" est dans la continuité de ces titres pop qui irradie de bonheur : c'est frais, le refrain reste facilement dans la tête, la mélodie bien que simple est enjouée. Le titre aurait été parfait, si on ne s'attendait pas à ce que Agnetha et Frida surgissent à tout instant pour rejoindre Gala dans les choeurs. Il ne reprend pas seulement le son de la fin des années 70 sur le fond mais aussi sur la forme avec un morceau de 9 min (en plus de leurs prestations sur un programme fictif) : "Warm In The Shadows", épopée ambitieuse à la fibre disco plutôt sombre, a une place à part dans cet opus : il consacre la vision esthétique du groupe. Chaque instrument monte graduellement jusqu'à l'explosion où Gala, qui prend des airs de Debbie Harry, répète inlassablement : "Paradise, I'm warm in the shadows here, Strange and beautiful and dear of the colors of paradise". Il fallait bien plusieurs solos de guitares et une ligne de basse captivante pour oublier le côté répétitif des plaintes de Gala. A la fin, on finit par la rejoindre! Si vous êtes vraiment impatient après avoir parcouru tout l'album, vous pouvez vous rabattre sur la version radio. "Good Everybody" signe la fin d'Expressions. C'est l'unique ballade de l'album, parfaite si vous voulez faire un slow. Elle permet une fois de plus à la voix de Gala de nous envoûter.

Music Go Music a entrepris de revenir au source de la pop : chaque chanson se doit d'être un single potentiel mais le trio ne prend pas véritablement de risque car il reprend ce qui marchait avant en le réadaptant à l'air du temps. On peut simplement regretter le manque de cohésion dans cet album car on passe d'une décennie à l'autre, d'un style à l'autre sans réelle transition.

En cadeau, la version un peu plus courte de "Warm In The Shadows" :

Music Go Music - Warm In The Shadows (Radio Edit)


Aucun commentaire:

Publier un commentaire